PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE SUR L’INTERCONNEXION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE, DES CHOIX ALIMENTAIRES ET DE LA SOUFFRANCE DES ANIMAUX, Dr. Christina Nellist La tradition vivante de l’Église orthodoxe orientale

, par Estela Torres

http://panorthodoxconcernforanimals.org/uncategorized/a-theological-perspective-on-the-interconnection-of-climate-change-dietary-choices-and-animal-suffering/

PERSPECTIVE THÉOLOGIQUE SUR L’INTERCONNEXION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE, DES CHOIX ALIMENTAIRES ET DE LA SOUFFRANCE DES ANIMAUX

La tradition vivante de l’Église orthodoxe orientale
trad. Jean-Marc Noyelle

Ceci est une version révisée de mon article dans la dernière édition du Journal international de théologie orthodoxe et une partie de mon livre Eastern Orthodox Christianity and Animal Suffering ("Le christianisme orthodoxe oriental et la souffrance animale") : Ancient Voices in Modern Theology ("anciennes voix dans la théologie moderne"). Cela a constitué la base de ma récente présentation à la conférence IOTA en Roumanie en janvier 2019.
Dr. Christina Nellist, est une chercheuse invitée (Visiting Fellow) et chercheuse à l’Université de Winchester, rédactrice en chef de Pan Orthodox Concern for Animals.

Certains pourraient soutenir que les sujets abordés dans cet article ne relèvent pas du discours théologique ou éthique orthodoxe oriental. Ce n’est pas le cas. Nous avons des enseignements à la fois anciens et contemporains, qui nous donnent l’autorité nécessaire pour aborder ces sujets importants.

« Lequel d’entre vous, ayant un fils ou un bœuf tombé dans un puits, ne le sortira pas immédiatement un jour de sabbat ? » (Lc 14,5) (1)

« Maintenant, parmi toutes les choses, notre monde doit être pris dans nos bras. C’est aussi ce qui a été fait par Sa Parole, comme nous le dit l’Ecriture dans le livre de la Genèse. »(Saint Irénée) (2)

« Et ne vous étonnez pas que le monde entier ait été racheté ; car ce n’était pas un simple homme, mais le Fils unique de Dieu qui mourut pour lui. »(Saint Cyrille de Jérusalem) (3)

« Dieu a tout prévu, il n’a rien négligé. Son œil, qui ne dort jamais, veille sur tout. Il est présent partout et donne à chaque être le moyen de sa conservation. Si Dieu n’a pas laissé l’oursin en dehors de sa providence, ne se soucie-t-il point de vous ? »(Saint Basile) (4)

L’allocution de Sa Sainteté. Bartholomée aux érudits orthodoxes est un exemple de voix d’autorités contemporaines :

« L’orthodoxie est une foi en même temps enracinée dans le passé et simultanément une église tournée vers l’avenir. Elle se caractérise par un sens profond de continuité avec les temps et les enseignements de l’Église apostolique et de l’Église des Pères ; mais c’est aussi une Église qui puise dans son riche patrimoine pour répondre aux défis et aux dilemmes modernes. C’est précisément cette double nature qui permet à l’Orthodoxie de parler avec audace de problèmes contemporains critiques, précisément parce qu’il s’agit d’une « tradition vivante » (5).

Dans cet article, nous décrivons cette « tradition vivante » en examinant les défis actuels de la souffrance animale en ce qui concerne le changement climatique, les choix alimentaires et la production d’aliments d’origine animale. La question du choix d’un régime alimentaire est une question parmi beaucoup qui sont importantes pour des milliards d’humains à travers le monde, non seulement à cause de la souffrance animale impliquée, mais également à cause du lien qui existe entre notre choix d’un régime alimentaire à base animale et son impact significatif. sur notre environnement et la santé humaine. Une étude exhaustive de l’interconnexion de ces sujets n’est pas possible ici, car elle nécessiterait sa propre monographie. J’ai plutôt essayé d’équilibrer le besoin de faits et de réalisme plutôt que les platitudes, tout en limitant le matériel utilisé et en tenant compte de la nécessité d’être compatissant envers le lecteur. Cette discussion examine spécifiquement les implications pratiques et la souffrance animale impliquées dans notre choix de nourriture, ainsi que les implications sotériologiques (oeuvre rédemtrice du Christ pour le monde).

Une vérité qui dérange - Le sacrifice et la révolution spirituelle

Le défi permanent qui nous attend tous est de savoir comment appliquer les enseignements orthodoxes anciens et contemporains à la compassion pour « tout » dans la création et élargir notre compréhension de la communauté, de la justice, de la miséricorde et des droits envers les animaux dans le cadre du système d’élevage intensif . Stylios (1989) suggère que nous menions une « vie de justice » (6), qui est interprétée par Harakas comme « le moyen d’éviter le profit immoral, l’injustice et l’exploitation ». Cela s’aligne avec l’enseignement du Métropolite Kallistos sur les « profits pervers » et « l’utilisation immorale d’animaux » dans l’élevage intensif. Harakas affirme également que la justice est le « bon ordre » de la nature humaine (8) où la valeur inhérente de la création exige une approche responsable, « un traitement approprié » (9). En ce sens, Harakas partage les mêmes vues que Bonhoeffer (1971) (10) qui affirme que ces devoirs découlent de droits, qu’il a accordés au monde naturel. Sa Sainteté Bartholomée et Métropolite John Zizioulas expriment un point de vue similaire en nous conseillant d’élargir notre compréhension de la communauté, d’être une voix pour le reste de la création dont les droits sont violés (11) et pour étendre notre amour au monde non humain. (12) Sa Sainteté Bartholomée préconise d’étendre la justice « au-delà des êtres humains à l’ensemble de la création » :

« L’un des problèmes les plus fondamentaux à la base de la crise écologique est le manque de justice qui prévaut dans notre monde… La tradition liturgique et patristique… considère comme juste la personne compatissante qui donne librement en se servant de l’amour pour seul critère. La justice s’étend même au-delà des êtres humains à l’ensemble de la création. L’incinération des forêts, l’exploitation criminelle de ressources naturelles… tout cela constitue une expression de transgression des vertus de la justice. » (13)

Les théologiens orthodoxes orientaux ont demandé à maintes reprises à l’humanité de changer son éthique, fondée sur une théorie de la consommation continue, en une idéologie eucharistique et esthétique de l’amour, de la vertu, du sacrifice, de l’abstinence et de la purification du péché. En substance, ils nous rappellent les enseignements patristiques pour limiter et contrôler nos désirs. Sa Sainteté Bartholomée confirme l’enseignement orthodoxe concernant la mentalité préjudiciable et permanente de domination plutôt que sur celle de l’amour :

« Malheureusement, l’humanité a perdu la relation liturgique entre le Dieu créateur et la création ; au lieu de prêtres et de serviteurs, les êtres humains ont été réduits à des tyrans et à des abuseurs de la nature (14). »

« Trop souvent, il s’agit de victimes innocentes et nous devrions considérer cette souffrance imméritée avec compassion et sympathie. » (15)

"En tant qu’êtres vivants, sensibles et facilement blessés, ils doivent être considérés comme un« tu », pas un« il », pour utiliser la terminologie de Martin Buber : non comme des objets à exploiter et à manipuler, mais comme des sujets, capables de joie et de chagrin. , de bonheur et d’affliction" (16).

Sa Sainteté Bartholomée utilise le mot ’nature’ pour indiquer que son enseignement intègre les animaux et corrobore l’argument selon lequel l’abus et l’exploitation des animaux ont des conséquences négatives non seulement pour les animaux victimes d’abus, sous forme de douleur physique, de souffrance et de peur psychologique, mais aussi de troubles sotériologiques (concernant le salut de l’âme) négatifs. implications pour l’humanité. Je soutiens qu’en plus des auteurs d’actes de cruauté et d’exploitation, ceux qui sont au courant de ces actes mais qui leur sont indifférents et ceux qui savent, mais craignent d’essayer en quelque sorte d’atténuer les abus, donnent en un sens une approbation tacite à ce processus et sont des accessoires des faits commis. Il déclare que pour les chrétiens orthodoxes, cet esprit ascétique « n’est pas la négation, mais une utilisation raisonnable et équilibrée du monde ». Il attire également notre attention sur la vérité qui dérange d’une dimension manquante et du besoin de sacrifice :

« Ce besoin d’esprit ascétique peut être résumé en un seul mot clé : sacrifice. C’est la dimension manquante de notre éthique environnementale et de notre action écologique. »(17)

Il clarifie ce point avec des enseignements sur l’auto-limitation de la consommation et interprète la retenue en termes d’amour, d’humilité, de maîtrise de soi, de simplicité et de justice sociale, autant d’enseignements essentiels pour notre choix de régime et les produits que nous choisissons d’ acheter. De manière cruciale, il reconnaît le problème fondamental de l’inaction et les difficultés à effectuer un changement :

« Nous sommes tous douloureusement conscients de l’obstacle fondamental auquel nous sommes confrontés dans notre travail en faveur de l’environnement. C’est précisément cela : comment passer de la théorie à l’action, du mot aux actes (18). »
"Pour que cette révolution spirituelle se produise, nous devons faire l’expérience d’une métanoïa radicale, d’une conversion des attitudes, des habitudes et des pratiques, en recherchant les moyens par lesquels nous avons mal employé ou abusé de la Parole de Dieu, des dons de Dieu et de la création de Dieu." (19)

Ce sont des enseignements profonds qui rappellent les avertissements des prophètes d’antan. Cette révolution spirituelle est également nécessaire pour une conversion de la façon dont nous considérons les animaux et donc de la façon dont nous les traitons. Plusieurs de ses enseignements nous incitent à refléter l’ascèse des premiers pères et le besoin urgent de changements dans le comportement humain. Dans notre avidité et notre soif de profits toujours croissants, nous « subordonnons et exploitons la création avec violence et habileté ». Cela détruit non seulement la création, mais « sape également les bases et les conditions nécessaires à la survie des générations futures ». Le commentaire de Kallistos sur le « profit pervers » au chapitre six de mon livre et l’enseignement de Saint Irénée selon lesquels nous ne devons pas utiliser notre liberté comme un « manteau de méchanceté ». Cela fait également allusion à la crise environnementale, exemple moderne de la désharmonie cosmique fréquemment soulignée par les Pères, où diverses formes d’injustice polluent la terre ; où les catastrophes naturelles et la famine sont le résultat du mal que les gens ont fait et que ce mal pollue la terre et met Dieu en colère. On peut soutenir que peu de choses ont changé, car nous commençons à ressentir les conséquences dévastatrices de nos abus et de nos utilisations abusives de la création en général et des animaux en particulier. Notre incapacité à passer de la théorie à la pratique indique que nos faiblesses nous empêchent d’atteindre les idéaux chrétiens. Cependant, ce qui est différent, c’est le manque de temps pour apporter des changements importants à notre comportement.

Choix diététiques et dégradation de l’environnement

Keselopoulos (2001) aborde certains des problèmes humains et environnementaux associés au secteur de l’alimentation et du régime alimentaire à base d’animaux. Il explique que les famines en Afrique, causées par la sécheresse et la désertification, sont dues à la monoculture de produits destinés à nourrir les animaux du Nord. Le résultat en est :

"Le phénomène cynique des réserves de lait en poudre envoyées aux enfants mourants en Afrique, alors que leurs propres terres, au lieu de produire des aliments traditionnels pour un usage local, est rendu stérile par la monoculture d’aliments pour animaux destinés à nourrir le bétail européen (20)".

C’est un point crucial. Notre mauvaise utilisation de la terre et de l’eau afin de répondre à notre désir croissant de produits alimentaires à base d’animaux a créé un déséquilibre dans le monde naturel, causant des dommages à l’homme et aux animaux. La question qui se pose ici est la suivante : est-ce un péché de continuer à utiliser ce système et ses produits une fois que nous avons pris conscience de ses effets dévastateurs ? Keselopoulos en parle clairement en liant explicitement notre utilisation des animaux comme aliment à la pratique d’un esthétisme, de la compassion et de la pitié pour le monde naturel :

« Ainsi, l’esthétisme met prophétiquement en évidence les prérequis de compassion et de pitié pour la nature et la beauté du monde. C’est ce qui peut entraver la spirale descendante dans la barbarie qui tue le règne animal en transformant génétiquement des animaux élevés pour produire du bœuf ou des produits laitiers en monstres de la nature et en rendant le sol stérile » (21).

Keselopoulos illustre non seulement la tension entre les intérêts économiques et la souffrance animale, en particulier dans les industries de production alimentaire à base d’animaux, mais aussi le fait que la pratique du jeûne limite le nombre de décès. Ce faisant, il affirme les enseignements de Sa Sainteté Bartholomée et d’autres sur la cupidité et les profits pervers ; Les enseignements de Saint Grégoire sur user de, et non mésuser de, et sur la nécessité du sacrifice. Je condense ses commentaires :

« Si toutes les motivations de ces activités humaines sont la cupidité insatiable et le désir de profits faciles, alors le jeûne, en tant que restriction volontaire des besoins humains, peut permettre à l’homme de se libérer, au moins dans une certaine mesure, de ses désirs. Il peut à nouveau découvrir son caractère primitif, qui consiste à se tourner vers Dieu, son prochain et la création, avec une disposition véritablement aimante. L’abstinence face à la viande, observée tout au long de l’année par les moines, limite le nombre de morts que nous provoquons par notre relation au monde. L’abstinence de certains aliments vise simultanément à protéger, même pendant une courte période, des animaux si cruellement dévorés par l’homme. L’esprit de jeûne que nous sommes obligés de préserver aujourd’hui dans notre culture exige de changer le cours de notre relation à la nature, passant d’une prédation assoiffée de sang à cet état de gratitude, qui constitue la marque distinctive de l’Eucharistie" (22).

Je suis d’accord avec son analyse, qui correspond aux dernières recherches scientifiques. (23) Métropolite John Zizioulas fournit un argument similaire :

« La maîtrise de la consommation des ressources naturelles est une attitude réaliste et il faut trouver des moyens de limiter le gaspillage immense de matériaux naturels. » (24)

Si cet argument est pertinent pour le gaspillage de « ressources », il est également approprié pour le gaspillage de la vie animale. J’interprète son utilisation de « ressource » comme une référence à la création inanimée, mais comme il y a, encore une fois, de la confusion sur son sens, je rappelle au lecteur la nécessité d’une plus grande attention dans le choix de notre langue. Bien que Métropolite John croyait qu’il serait irréaliste de s’attendre à ce que nos sociétés suivent un ascétisme qui fasse écho à la vie des saints, dont beaucoup étaient végétariens, des millions de personnes choisissent ce régime non violent. Ils comprennent que, même s’ils ne peuvent pas, en tant qu’individus, être en mesure de changer les pratiques abusives des industries de l’alimentation animale, ils ont la liberté de choisir le régime alternatif non violent prôné par Dieu et le font par compassion et miséricorde pour les animaux et l’environnement. Métropolite Antoine de Sourozh indique que le régime végétalien / végétarien est à imiter et la tragédie serait de ne pas le faire :

« Il est effrayant d’imaginer que l’homme appelé à diriger chaque être sur le chemin de la transfiguration, vers la plénitude de la vie, en arriva au point qu’il ne pouvait plus monter vers Dieu et qu’il était obligé de se nourrir par le meurtre de ceux qu’il aurait dû mener vers la perfection. C’est ici que se termine le cercle tragique. Nous nous trouvons dans ce cercle. Nous sommes tous encore incapables de ne vivre que pour la vie éternelle et selon la parole de Dieu, bien que les saints soient en grande partie revenus à la conception originelle de Dieu concernant l’homme. Les saints nous montrent que nous pouvons, par la prière et les efforts spirituels, nous libérer progressivement du besoin de nous nourrir de la chair des animaux et, devenir de plus en plus assimilés à Dieu, requiert de moins en moins de l’utiliser (25). »

C’est une reconnaissance importante de la part du Métropolite Antoine. Il associe le fait de manger des animaux à une perte de liberté humaine et à notre incapacité à transfigurer nos vies déchues et à monter vers Dieu. Keselopoulos affirme que le végétalisme / végétarisme brise ce cercle. Le fait que de nombreux ascètes étaient et sont végétaliens/végétariens devrait nous rappeler le choix alimentaire originel de Dieu et donc la voie alimentaire la plus appropriée à suivre. Il est important de se rappeler que, même si Dieu nous a donné une dispense pour manger de la viande, il ne nous commande ni ne nous oblige à le faire ; nous conservons la liberté de revenir au choix de Dieu. Peut-être si le Métropolite Antoine en avait plus su sur la cruauté impliquée dans la production d’aliments à base animale, il aurait peut-être également choisi de devenir végétalien/végétarien. Métropolite Kallistos reconnaît cette possibilité :

« Les méthodes telles que l’élevage industriel sont plutôt nouvelles et je pense que si davantage de personnes savaient ce qui se passait, elles pourraient bien cesser de manger de la viande… Les gens qui vivent dans des villes comme moi mangent les produits mais ne connaissent pas trop le fond du problème et je pense que si j’en savais plus sur cet arrière-plan, je pourrais peut-être devenir végétarien. »(26)

Il est intéressant de noter qu’il reconnaît également qu’il est facile de trouver des informations disponibles sur le Web, dans des rapports et des recherches, et souligne ce point évident. Alors, c’est peut-être plus que les gens ne veulent pas savoir, plutôt que de ne pas pouvoir accéder à l’information. Nous voyons ici une trace de Kahneman et de saint Paul ; nous savons quoi faire, mais choisissons de ne pas agir de la bonne manière. Si nous, en tant qu’individus ou en tant que dirigeants de notre Église, défendions un régime végétalien/végétarien non violent, cela réduirait non seulement le nombre d’animaux qui souffrent, mais également les nombreux problèmes environnementaux liés à la production d’aliments pour animaux. Notre désir croissant de consommer des produits d’origine animale a conduit à la reproduction d’un nombre d’animaux si important que de graves impacts négatifs se sont produits sur nos environnements. Knight (2013) nous fournit les informations scientifiques importantes suivantes :

En 2006, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Steinfeld et al.) a calculé que, lorsqu’on mesurait le dioxyde de carbone (CO2), 18% des Gaz à Effet de Serre (GES) dans le monde, soit 7,5 milliards de tonnes par an, résultaient de la production de bovins, buffles, moutons, chèvres, chameaux, chevaux, cochons et volailles. Ces émissions résultent du défrichage des terres destinées à la production d’aliments pour le bétail et au pâturage, des animaux eux-mêmes ainsi que du transport et de la transformation de produits d’origine animale. En revanche, on estime que toutes les formes de transport combinées produisent environ 13,5% des GES mondiaux. Les GES produits par la production animale sont composés de CO2, de méthane, d’oxyde nitreux et d’ammoniac. Steinfeld et ses collaborateurs ont calculé que le secteur de l’élevage est responsable de 9% des émissions de CO2 anthropiques, c’est-à-dire imputables à l’activité humaine, qui résultent principalement de la déforestation provoquée par l’empiétement des cultures fourragères et des pâturages. La production animale occupe environ 30% de la surface de la Terre et entraîne de plus en plus de déforestation, en particulier en Amérique latine. [Environ] soixante-dix pour cent des terres amazoniennes autrefois boisées ont maintenant été converties en pâturages, les cultures fourragères couvrant une grande partie du reste.

Les animaux détenus pour la production émettent 37% de méthane anthropique, ce qui représente, selon les calculs, 72 fois le Potentiel de Réchauffement Planétaire (PRP) du CO2, principalement sur la base d’une fermentation gastro-intestinale par les ruminants (notamment les vaches et les moutons). ). Ils émettent également 65% d’oxyde nitreux anthropique avec 296 fois le PRP du CO2, dont la grande majorité est libérée par le fumier. Ils émettent également 64% d’ammoniac anthropique, ce qui contribue de manière significative aux pluies acides et à l’acidification des écosystèmes.

En 2009, Goodland et Anhang ont calculé qu’au moins 22 milliards de tonnes d’émissions de CO2 imputables à la production animale n’étaient pas comptabilisées et qu’au moins 3 milliards de tonnes avaient été mal attribuées par Steinfeld et ses collègues. Les sources non comptées comprenaient la respiration du bétail, la déforestation et les sous-estimations de méthane. Ils ont conclu que la production animale représentait au moins 51% des émissions de GES dans le monde et probablement beaucoup plus. Bien que les chiffres précis restent à l’étude, il est néanmoins clair que les GES issus de la production animale constituent l’un des principaux contributeurs au changement climatique moderne. (27)

Bien que les chiffres précis restent à l’étude, il est néanmoins clair que l’impact du régime alimentaire à base d’animaux sur le réchauffement climatique continue à être sous-estimé et sous-déclaré. Il est vrai que cette situation est en train de changer, mais on se demande combien de personnes ont lu le récent rapport du GIEC et d’autres rapports qui nous donnent des informations actualisées sur ces chiffres et l’ampleur de la fonte des glaces en Antarctique, etc.

Bien que les orthodoxes n’aient pas de système légaliste, je pense que nous manquerions à notre devoir envers les laïcs et à notre rôle de « prêtre de la création » si nous ne faisons pas plus que ce n’est actuellement le cas. En utilisant l’argument de l’intérêt personnel comme facteur de motivation, nous pouvons voir en quoi l’abstinence d’un régime alimentaire à base d’animaux pourrait avoir un impact bénéfique immédiat sur le changement climatique, nos sources d’eau, notre santé et donc notre survie future. Nous n’avons pas besoin d’attendre les accords mondiaux / gouvernementaux pour effectuer des changements réels et immédiats.

Cela répond en partie aux aspects humain et environnemental de ce thème mais qu’en est-il des animaux, que savons-nous de leurs souffrances dans ces industries ? Si nous voulons, en tant qu’individus ou en tant que dirigeants de notre Église, aborder les implications théologiques et éthiques de la souffrance animale, nous devons nous familiariser avec les connaissances disponibles non seulement sur l’impact environnemental d’un régime alimentaire à base d’animaux, mais également sur les souffrances impliquées. dans les systèmes utilisés. Il y a énormément de recherche dans ce domaine et ici, je condense certaines de ces recherches tout en en référant d’autres :

Afin de répondre aux exigences de la production industrielle et de l’habitat à haute densité, les animaux sont systématiquement marqués avec des fers chauds, écornés, débecqués, équeutés et castrés sans sédation ni analgésie… les porcelets ont la queue coupée et les mâles sont castrés en écrasant ou en arrachant leurs testicules sans analgésiques, même si ces interventions provoquent une « douleur considérable » (Broom et Fraser, 1997). Il en va de même pour les agneaux… Le prix de la mutilation est élevé pour chaque animal. Les porcelets montrent des signes de douleur jusqu’à une semaine après (tremblements, léthargie, vomissements et tremblements des jambes). Chez les agneaux, les niveaux d’hormones de stress font un bond énorme et ils montrent des signes de douleur importante pendant quatre heures ou plus. Les veaux laitiers écornés présentent des douleurs pendant six heures ou plus après (Turner, 2006). Les oiseaux aussi sont mutilés sans analgésiques ; les becs sont taillés et parfois les doigts intérieurs sont également coupés. Après le débecquage, les animaux ressentent une douleur aiguë pendant environ deux jours et une douleur chronique durant jusqu’à six semaines (Duncan 2001). Comme les stocks sont nombreux, les maladies et les blessures risquent de ne pas être détectées et sont dues à une densité élevée, au manque d’espace, au manque de stimulation mentale et à l’épuisement physique. des problèmes de santé physique et mentale apparaissent rapidement (Broom et Fraser, 2007). Les veaux de boucherie sont souvent maintenus dans de minuscules enclos et attachés par le cou et succombent rapidement à un « comportement anormal et à une mauvaise santé » (Turner 2006 ; Commission européenne 1995). La production intensive d’œufs affaiblit les os et conduit à la boiterie, à l’ostéoporose et aux douloureuses fractures, car tout le calcium et les minéraux sont utilisés pour la fabrication des œufs, causant « des douleurs à la fois aiguës et chroniques »… pouvant également entraîner des hémorragies internes, la famine et finalement la mort, qui seront douloureuses et « lentes »(Webster 2004 : 184). Les vaches souffrent de mammites et de boiteries (Stokka et al, 1997) et demeurent enceintes afin de maintenir un rendement laitier élevé (Vernelli, 2005 ; Turner, 2006) .(28)

Il n’y a pas d’autre raison à ces pratiques que le désir d’accroître les profits ; le "profit diabolique" que Métropolite Kallistos décrit. Une question qui se pose ici est de savoir si la « révolution spirituelle » requise devrait s’appliquer aux animaux de ces industries. Si la réponse est non, nous devrions examiner pourquoi nous avons choisi d’exclure des trillions d’animaux de la compassion, de la miséricorde et de la justice. Si nous en concluons qu’ils n’existent que pour cet usage, alors je crois que nous risquons de maintenir une mentalité de domination, ce qui indique à son tour que seule la souffrance humaine concerne Dieu. Je soutiens que cet état d’esprit va à l’encontre des enseignements de l’Église chrétienne orthodoxe orientale et s’apparente au type d’hérésies que les pères de l’Église primitive ont eu tant de peine à surmonter.

Après avoir donné un aperçu des souffrances endurées lors de l’élevage des animaux, nous devrions également envisager leur mort. La plupart des gens croient sans doute que l’abattage d’animaux est « humain » et se pratique près de chez eux. Les recherches démontrent que même dans les pays dotés de lois strictes en matière de bien-être animal, des millions de ces êtres risquent de souffrir du processus de transport et d’abattage. Les animaux vivants sont régulièrement transportés par route, rail, mer ou air à travers les continents. Tous les organismes de bienfaisance consacrés au bien-être des animaux s’accordent à dire que le transport sur de longues distances entraîne d’énormes souffrances : surpeuplement, épuisement, déshydratation, douleur et stress. Par exemple, dans l’UE, le temps d’arriver à l’abattoir, 35 millions de poulets sont morts. L’Australie exporte environ quatre millions de moutons vivants chaque année, principalement au Moyen-Orient. Ces animaux peuvent parcourir jusqu’à cinquante heures de route avant d’entamer les trois semaines de voyage en mer et d’effectuer un autre voyage par la route dans le pays importateur. On estime que des dizaines de milliers de moutons meurent avant d’atteindre leur destination. Bien que le gouvernement australien ait mis en place un système d’assurance de la chaîne d’approvisionnement pour l’exportation, des enquêtes menées par des groupes de défense du bien-être des animaux ont révélé de terribles souffrances lors de l’abattage après exportation. Le Canada transporte des animaux de ferme à des milliers de kilomètres à l’intérieur de ses frontières et en Amérique. Les animaux peuvent faire face à des conditions exceptionnellement rudes lorsque le climat passe du froid glacial au soleil brûlant. Les camions utilisés sont souvent sans climatisation. En Inde, les bovins voyagent dans de vastes régions, seuls deux États étant légalement autorisés à abattre des vaches. Les animaux sont souvent brutalement traités et en surpeuplement durant le transport, ce qui entraîne des blessures graves et la mort. Des milliers d’animaux viennent d’Amérique du Sud et sont élevés pour la production de viande bovine en Asie et en Afrique. Ces voyages impliquent souvent des animaux qui passent des semaines en mer et aboutissent à un abattage inhumain. Cela s’ajoute aux problèmes de transport, lorsque des retards, des erreurs ou des accidents se produisent et que des milliers d’animaux meurent dans des circonstances tragiques.

La propagation des maladies est un autre facteur préoccupant. Des maladies telles que le virus de la fièvre catarrhale du mouton, la fièvre aphteuse, la grippe aviaire et la peste porcine peuvent être directement imputables au transport des animaux de ferme. Le déplacement de bétail sur de longues distances vers les marchés et les abattoirs peut propager des maladies infectieuses entre animaux d’un pays à l’autre. Les animaux peuvent voyager d’un pays à l’autre avec peu de contrôles médicaux, ce qui peut entraîner la propagation de maladies. En 2007, des bovins importés d’Europe continentale sont arrivés avec le virus de la fièvre catarrhale car ils n’avaient pas encore été testés avant le début de leur voyage. La souffrance ne se termine souvent pas à la fin du voyage. Duncan nous informe que :

« De toutes les choses que nous faisons à nos animaux à la ferme, celles que nous leur faisons 24 heures avant leur abattage réduisent au maximum leur bien-être. » (29)

Dans de nombreux pays, les animaux sont brutalement chargés, déchargés et déplacés à l’aide d’aiguillons électriques, de bâtons, de cordes, de chaînes et d’objets tranchants. Les normes d’abattage varient. Certains animaux ne sont pas suffisamment assommés ou ne sont pas assommés avant l’abattage :

« Les oiseaux comme les poulets à griller et les dindes sont tirés et traînés par les pattes et poussés dans des caisses avec une hâte extrême (jusqu’à des milliers par heure). Les luxations et les fractures sont fréquents, de même que les blessures internes et la mort. En raison de problèmes d’étourdissement, les oiseaux courent un plus grand risque de rater la machine d’étourdissement et d’entrer dans le réservoir d’échaudage vivants et conscients. »(30)

« Les techniques de saignement peuvent être médiocres, ce qui signifie que les porcs peuvent reprendre conscience en se tenant tête en bas des chaînes de la chaîne d’abattage avec une blessure à la poitrine. Ces animaux vont essayer désespérément de se redresser, incapables de comprendre ce qui leur arrive. (Grandin 2003). ”(31)

« Les poissons placés sur la glace mettent jusqu’à 15 minutes pour perdre connaissance, mourant finalement par suffocation. Cela signifie que les poissons peuvent être conscients lorsque leurs ouïes sont coupées. » (32)

Gross nous informe que les porcs ne sont pas les seuls animaux à reprendre conscience au cours du processus d’abattage. Lorsque nous prenons conscience des pénibles réalités de la consommation de produits d’alimentation à base d’animaux, nous comprenons pourquoi Métropolite Kallistos décrit son expérience de l’élevage intensif comme non chrétienne et ses gains financiers comme un « profit pervers ». Une question qui reste à résoudre est de savoir où est la compassion, la justice, la miséricorde et l’intégration dans notre communauté demandées par le patriarche œcuménique, pour les animaux utilisés dans ces systèmes ?

Après avoir exposé dans mon livre "an Eastern Orthodox theory of love and compassion to all creatures" ("Une théorie orthodoxe orientale de l’amour et de la compassion envers toutes les créatures"), nous devons à nouveau demander si nous devons l’appliquer aux animaux dans l’industrie de la production alimentaire. Là encore, si la réponse est non, nous devrions examiner pourquoi nous avons choisi d’exclure des trillions d’animaux de notre inclusion dans notre révolution spirituelle. Si la réponse est oui, nous devons nous demander comment appliquer les enseignements sur l’extension de notre communauté, la justice et les droits des animaux au sein de ces systèmes. Ce ne sera pas facile, car ceux qui utilisent de telles pratiques ou consomment ses produits doivent accepter que des changements sont nécessaires.

Dans le cadre de cette partie de la discussion, il ne semble n’y avoir que deux solutions :

a) les industries de production d’aliments pour animaux cessent de reproduire un grand nombre d’animaux.

b) Les consommateurs réduisent ou s’abstiennent de produits alimentaires à base d’animaux, réduisant ainsi la demande, le nombre d’animaux élevés, les dommages environnementaux qu’ils causent et la souffrance globale subie.

La première semble improbable puisque l’industrie répond aux demandes du consommateur et réalise d’énormes profits. La solution semble donc appartenir au consommateur. C’est là que les dirigeants de notre Église peuvent jouer un rôle important. Si les individus étaient encouragés à s’abstenir ou à réduire leur consommation de produits alimentaires à base d’animaux, cela constituerait à la fois un moyen efficace et immédiat de réduire la demande, les souffrances des animaux et les dommages causés à l’environnement et à la santé humaine. En fondant l’argument sur la probabilité que les gens choisissent l’intérêt personnel au détriment de l’altruisme, les chrétiens accepteront peut-être davantage cet enseignement s’ils connaissent les problèmes de santé associés à un régime alimentaire basé sur les animaux. Bien que ces informations soient généralement disponibles via les professions de la santé et les médias, l’Église joue également un rôle important. Les enseignements patristiques témoignent de la destruction de la création de Dieu à cause des passions humaines et un exemple fréquent est l’amour égocentrique de la gourmandise. Saint Grégoire offre des conseils :

“Utilisez, mais ne faites pas un mauvais usage… Ne vous laissez pas aller à une frénésie de plaisirs. Ne faites pas de vous un destructeur de tout ce qui est vivant, qu’il soient quadrupèdes petits ou grands, petit ou grand, oiseaux, poisson, exotique ou commun, bon marché ou onéreux. La sueur du chasseur ne doit pas vous remplir l’estomac tel un puits sans fond que beaucoup d’hommes qui creusent ne peuvent jamais remplir. »(33)

Une question qui se pose ici est de savoir si la gourmandise est un péché, le fait de tuer des animaux pour nourrir cette gourmandise est-il aussi un péché ? L’utilisation du langage négatif par St. Grégoire pour décrire le processus : pillages, éradications, hédonistes astucieux, peut indiquer que tel est le cas. Alors que Saint Jean Chrysostome ne désigne pas spécialement la nourriture dans ce qui suit, il reconnaît le lien entre nourriture et mauvaise santé :

« N’observez-vous » pas chaque jour des milliers de pathologies liées à des tables surchargées et à une alimentation immodérée ? » (34)

Russell (1980) nous informe que :

« Le contrôle de l’appétit n’était jamais terminé. il est instructif de dire que c’est la gourmandise autant que la sexualité qui était leur champ de bataille continu. »(35)

Beaucoup de gens ignorent les effets néfastes de la consommation de produits d’origine animale sur la santé. Cela est dû en partie aux sommes considérables utilisées pour commercialiser des produits d’origine animale comme étant sains. Pourtant, lorsque nous examinons les recherches sur l’alimentation et les problèmes de santé, nous constatons une corrélation directe entre l’adoption de régimes à base d’animaux dans les pays en développement et les problèmes de santé en occident, qui incluent l’obésité. Au Royaume-Uni, l’obésité a plus que triplé au cours ces 25 dernières années avec près d’un tiers des adultes et un quart des enfants obèses. Les experts en santé estiment que l’obésité est en rapport avec un large éventail de problèmes de santé, notamment à certains cancers. Diabète ; maladie cardiaque ; hypertension artérielle ; arthrite ; infertilité ; indigestion ; calculs biliaires ; stress, anxiété, dépression ; ronflement et l’apnée du sommeil.

La consommation de produits alimentaires à base d’animaux est la norme dans bien des cultures et, malgré les nombreuses mises en garde relatives à la santé associées aux produits alimentaires à base d’animaux, un grand nombre de personnes continuent à s’en nourrir. Encore une fois, nous voyons l’importance du travail de Kahneman. Les attitudes vis-à-vis du régime ne seront pas faciles à changer sans éducation. Certes, une telle éducation devrait être continue dans les écoles et les collèges ; Cependant, il s’agit ici d’un autre domaine dans lequel les dirigeants de l’Église peuvent jouer un rôle important.

Passons maintenant aux implications sotériologiques (liées au salut de l’âme) de nos actions. Sa Sainteté Bartholomée offre une certain éclairage sur la question. Il commence par énumérer les catastrophes environnementales telles que les explosions nucléaires, les déchets radioactifs, les pluies toxiques et les déversements d’hydrocarbures polluants, puis, exceptionnellement, il ajoute une forme de maltraitance animale à la liste :

« Nous pouvons aussi penser au gavage forcé des animaux afin qu’ils nous fournissent plus de nourriture. Tout cela constitue un renversement insolent de l’ordre naturel. »(36)

Il s’agit d’un enseignement rare et essentiel concernant l’angle de la souffrance animale basé sur la production d’aliments d’origine animale. Sa reconnaissance de la violence et des processus de production inhumains impliqués est une reconnaissance claire du fait que le gavage forcé des animaux est un exemple d’exploitation de « la nature ». Son langage nous rappelle le langage réprobateur de St Grégoire dans son enseignement sur « Usez ; n’abusez pas ! »Il reconnaît également les effets pervers du renversement insolent de l’ordre naturel sur la santé humaine :

« En effet, il est généralement admis que la perturbation de l’ordre naturel a des effets négatifs sur la santé et le bien-être de l’homme, tels que les fléaux contemporains de l’humanité, le cancer, le syndrome de fatigue post-virale, les maladies cardiaques, les angoisses. et une multitude d’autres maladies (37). »

Sa reconnaissance du lien qui existe entre les pratiques d’exploitation de produits alimentaires et les dommages causés à la santé animale et à la santé humaine revêt également une importance capitale, car elle souligne l’interdépendance du monde créé. La question qui se pose ici est de savoir s’il a identifié ces processus comme des péchés ? Une question morale et éthique connexe et tout aussi difficile est de savoir s’il est juste de tuer des animaux innocents dans le cadre de la recherche médicale pour traiter des troubles résultant de cette forme d’auto-indulgence humaine. L’enseignement de Sa Sainteté Bartholomée sur l’exploitation de la nature par l’humanité de « manière avare et contre nature » peut nous aider à répondre à cette question. Je soutiens que ces pratiques indiquent non seulement le désir de réaliser un profit pervers, mais également l’arrogance humaine persistante et le mauvais usage pervers de notre liberté.

L’enseignement sur le renversement de l’ordre naturel s’applique également à un autre aspect de la souffrance animale, à savoir la perte de liberté. Les animaux gardés dans des enclos ou des cages sont limités dans leurs mouvements et leurs comportements naturels. Les exemples incluent la gestation et les casiers à veaux ; « en batterie » et cages confinées ; petites cages ou enclos pour animaux à fourrure ou animaux sauvages gardés à des fins de curiosité et de divertissement. Garder les animaux dans ces conditions provoque une détresse physiologique et psychologique et une mauvaise santé. Il semble donc raisonnable d’inclure son exemple spécifique de gavage forcé des animaux et mes ajouts à celui-ci, à titre d’autres exemples de péchés contre les animaux. Sa Sainteté Bartholomée évoque également les conséquences sotériologiques négatives pour ceux qui, par leur inaction et / ou leur utilisation des produits, font partie du problème :

« Nous partageons tous la responsabilité de telles tragédies, car nous tolérons ceux qui en sont immédiatement responsables et acceptons une partie des fruits résultant d’un tel abus de la nature. » (38)

En appliquant son enseignement à notre thème, je peux affirmer que, bien que nous ne devons pas tuer ou élever les animaux de manière inhumaine, par notre demande de produits alimentaires à base d’animaux, de vêtements en fourrure ou de divertissements, nous faisons partie de la raison pour laquelle de telles pratiques et processus existent. Nous créons essentiellement la demande et le marché. Une analogie utile est la détention de biens volés. Le défi de passer de la théorie à la pratique demeure.


Un rôle pour l’église.

L’Orthodoxie Orientale enseigne la nécessité d’une révolution spirituelle et l’extension de la justice, des droits, de la miséricorde, de la compassion, de la non-violence et de l’inclusion de la nature dans notre communauté. Nous devons également être une « voix pour les sans-voix », ce qui indique que nous devons agir de manière à réduire les souffrances des animaux. Que devons-nous donc dire, en tant que chrétiens orthodoxes d’Orient et de l’Église, lorsque nous apprenons que des animaux souffrent à la fois dans l’élevage et la mort d’animaux au sein de ces systèmes ? Limouris parle de la question de relier notre devoir chrétien afin d’identifier les injustices, ce qui nous ramène au sacrifice personnel :

« Les hommes et les femmes chrétiens doivent aussi avoir le courage de mettre en lumière les injustices qu’ils constatent, même si cela leur impose de faire des sacrifices personnels. Ces sacrifices peuvent comprendre de coûteuses implications et actions. »(39)

« Nous devons nous repentir des abus que nous avons infligés au monde naturel… Nous devons travailler et faire pression de toutes les manières possibles… Pour nous, cela signifie un réengagement envers la vie simple qui se contente du nécessaire et… une nouvelle affirmation de l’auto-discipline, un renouveau de l’esprit d’ascèse. »(40)

« Cependant, les mots - et même les attitudes modifiées - ne suffiront plus. Où que nous nous trouvions, en tant que chrétiens, nous devons agir pour restaurer l’intégrité de la création. Un plan d’action créatif, coopératif, actif et déterminé est requis pour la mise en œuvre. »(41)

Si c’est notre devoir chrétien individuel d’identifier les injustices et d’agir pour les prévenir, il semble raisonnable de conclure que cela devrait incomber aux responsables de l’Église. Quelles sont alors les possibilités pour nous en tant qu’individus et dirigeants de notre Église ? Changer les attitudes de ceux qui dirigent ces processus industriels sera difficile, voire impossible, sans une intervention de l’extérieur. C’est un domaine dans lequel les dirigeants de l’Eglise orthodoxe orientale pourraient jouer un rôle important, tout comme ils l’ont fait dans le cadre de leur engagement en faveur de la protection de l’environnement. En voici des exemples : les colloques sur l’environnement consacrés à la religion et aux sciences par Sa Sainteté Bartholomée ; sa visite au Forum économique mondial de Davos et sa récente action coordonnée avec le pape François, réunissant chacun des dirigeants d’entreprises, de scientifiques et d’universitaires à Rome et à Athènes, respectivement, afin d’accélérer la transition des combustibles fossiles vers des énergies renouvelables sûres. Par conséquent, il est également possible de mettre en place ce type d’action coordonnée pour discuter de l’impact sur l’environnement d’un régime alimentaire à base d’animaux.

Dans mon livre, nous apprenons que certains responsables commencent à définir la cruauté, les abus et l’exploitation des animaux dans les industries alimentaires basées sur les animaux comme un péché et un abus de la liberté humaine. Nous avons également l’enseignement suivant de l’abbé Khalil :

« Les chrétiens doivent éviter autant que possible de manger de la viande par compassion pour les animaux et prendre soin de la création. » (42)

Je suis végétalienne / végétarienne depuis 50 ans et je n’avais jamais essayé de « convertir » d’autres à ce régime. Les temps ont changé. Nous devons tous nous exprimer pour faire face à la catastrophe très réelle et imminente de la montée des changements climatiques. Dans mes travaux, j’ai maintes fois soutenu que l’abstinence des produits alimentaires à base d’animaux était un élément crucial pour réduire efficacement les souffrances des animaux, la dégradation de l’environnement et le réchauffement de la planète. En définissant le péché d’exploitation et d’abus dans les pratiques contemporaines de production alimentaire basée sur les animaux, les dirigeants de notre Église réaffirmeraient également l’enseignement de Christ dans Luc 14 : 5 et la tradition de l’Église primitive selon laquelle nous devrions agir pour empêcher les souffrances des créatures de Dieu non-humaines. Je soutiens qu’il sera également efficace de faire progresser notre voyage spirituel vers la ressemblance envers un Dieu aimant et compatissant.

Je suis encouragée par le fait que ceux qui ont du pouvoir nous demandent de représenter les sans-voix et que le débat environnemental orthodoxe oriental préconise des actions plutôt que des paroles. Ce processus a débuté par le biais de discussions orthodoxes orientales sur des questions environnementales et je soumets respectueusement que ces discussions doivent maintenant s’étendre aux domaines de la souffrance animale découlant du même état d’esprit de domination sur le monde naturel. Je suis également encouragé par les enseignements sur les implications sotériologiques négatives pour ceux qui infligent des abus, ceux qui y sont indifférents et ceux qui savent, sont concernés mais n’agissent pas pour réduire les souffrances. Je répète l’important enseignement de Sa Sainteté Bartholomée sur la nécessité d’agir :

« Nous sommes tous douloureusement conscients de l’obstacle fondamental auquel nous sommes confrontés dans notre travail en faveur de l’environnement. C’est précisément cela : comment passer de la théorie à l’action, du mot aux actes. »(43)

Une partie de ce processus nécessite que nous soyons attentifs à notre langage. Si nous désignons continuellement les animaux sous des termes tels qu’« environnement », « nature » ou « ressources », il est peu probable que la majorité des laïcs les considèrent jamais comme faisant partie de notre communauté, dignes de justice, de droits et de miséricorde et considérez-les comme dignes de notre amour et de notre compassion. Commençons plutôt par les appeler des animaux ou, mieux encore, des vaches, des moutons, des poules, etc., afin de faciliter le processus de les voir comme des êtres individuels aimés de Dieu, plutôt que comme des unités de production ou de vie disponible.

La description par Sherrard de notre psychose collective - notre marche continue vers l’abîme, indique que nous n’avons pas suffisamment compris les enseignements orthodoxes orientaux et que les dirigeants de notre Église et nos universitaires doivent remédier à cet échec. Une partie de ce processus consistera à faire en sorte que nos prêtres et nos laïcs comprennent les enseignements orthodoxes orientaux relatifs à la souffrance animale. Pour que cela se produise, nous avons besoin que nos dirigeants s’engagent sur le sujet. Il a apparemment été difficile pour les dirigeants de l’Église chrétienne de préconiser un régime végétalien/végétarien. Cette forme de régime est presque l’équivalent d’un jeûne strict et permanent, qui exige des sacrifices quotidiens. Certains ont fait valoir que nous devrions promouvoir le jeûne orthodoxe et je conviens que si tout le monde l’acceptait, cela aiderait certainement. Mais nous avons peu de temps. Les scientifiques nous ont donné environ 12 ans pour « faire demi-tour ». Nous devons être réalistes. La question qui se pose est donc de savoir dans quelle mesure est-il réaliste d’attendre des autres qu’ils adoptent le compliqué système du jeûne orthodoxe ? Cela dit, l’Eglise orthodoxe a néanmoins un rôle important à jouer. Le concept de sacrifice est étranger à beaucoup de sociétés contemporaines, mais c’est précisément là que les dirigeants de l’Eglise orthodoxe orientale jouent leur rôle. L’Orthodoxie Orientale possède la tradition ascétique et donc le pouvoir de promouvoir un régime alimentaire qui exige des sacrifices quotidiens, contrairement aux autres religions chrétiennes, aux éthiciens laïcs ou aux environnementalistes. Afin de faciliter cette possibilité, je termine ma discussion sur le régime à base d’animaux en présentant quelques propositions concrètes :

1) Les dirigeants orthodoxes pourraient exhorter les chrétiens orthodoxes et les non-croyants à abandonner totalement les régimes à base d’animaux ou, dans un premier temps, à s’abstenir d’aliments produits dans le cadre de pratiques d’élevage intensives. Ce faisant, l’impact sur la souffrance des animaux, la santé humaine et les dommages environnementaux serait énorme.

2) Si nos patriarches et évêques déclaraient leur intention de ne pas consommer ni fournir de produits alimentaires à base d’animaux lors de leurs réunions, cela enverrait un message fort et attirerait l’esprit des clercs et des laïcs.

3) Nos dirigeants pourraient affirmer comme péché le fait d’infliger un préjudice à la création animale de Dieu dans le but de réaliser des profits toujours croissants.

Pour changer la conception des animaux en tant que "vies jetables", il est essentiel que nos prêtres soient informés des nombreux problèmes liés aux industries de la production d’aliments à base d’animaux. Les modules de séminaire peuvent être adaptés à partir du cadre modulaire, décrit à l’annexe B de mon livre. Une telle formation permettrait à nos prêtres d’enseigner un message cohérent qui conduira à la réduction de la souffrance animale, à l’amélioration de notre santé et de notre environnement et à l’avancement de nos voyages spirituels. J’ai été invité à prendre la parole au prochain sommet d’Istanbul, où je devrai « inspirer » les dirigeants de nos séminaires et de nos académies à l’inclusion d’un module sur les soins de l’environnement et des animaux. Je demande vos prières pour cet important travail.

Afin de faciliter encore ce qui précède, la fondation caritative "Pan-Orthodoxe Concern for Animals" travaille dans un contexte œcuménique afin de créer un cadre éthique pour guider la politique et la pratique des églises et autres institutions chrétiennes en matière de bien-être des animaux d’élevage. Cette initiative vise à développer des ressources et à travailler avec les institutions pour soutenir le développement et la mise en œuvre de politiques dans ce domaine. La reconnaissance de l’engagement de l’Église orthodoxe orientale dans de telles initiatives envoie un message clair aux laïcs et aux manufacturiers qu’il est temps de changer leurs pratiques.

Enfin, pour être clair, je n’affirme pas que tous les travailleurs de cette industrie sont des personnes cruelles ou diaboliques, bien qu’il existe de nombreux cas recensés de personnes présentant de telles tendances. Ce que je dis, c’est que le système lui-même est une forme de violence légalisée à l’égard des animaux qui contribue au changement climatique, à la mauvaise santé humaine et à la souffrance des animaux, répétant ainsi la disharmonie cosmique évoquée par les pères de l’Église primitive. Je soutiens que cela est incompatible avec les enseignements anciens et contemporains de l’Église orthodoxe orientale et qu’il convient donc de le rejeter.

Reférences :
 1. Luc 14 : 5.

2. Irénée, contre les hérésies, 2,2 : 5 ; 4.18.6. 3 Cyril de Jérusalem, Homélies catéchétiques, 13 : 2 ; voir aussi 13h35 et 15h :

3. Notez le point de vue de Cyril de Jérusalem sur l’intendance, Homélies catéchétiques, Homélie 15:26 ; aussi, Mt 5:16.

4.Basil, Hexaemeron 7 : 5.

5. H. A. H. Bartholomew. https://www.patriarchate.org/-/address-by-his-all-holiness-ecumenical-patriarch-bartholomew-to-the-scholars-meeting-at-the-phanar-janvier-5-2016-.

6. Harakas, ‘Ecological Reflections on Contemporary Orthodox Thought in Greece.” ("Réflexions écologiques sur la pensée orthodoxe contemporaine en Grèce"). Epiphany Journal 10 (3) : 57.

7. Métropolite Kallistos interview Ch. 6, dans Nellist. C. "Christianity and Animal Suffering : Ancient Voices in Modern Theology" ("Le christianisme orthodoxe oriental et la souffrance animale : les voix anciennes dans la théologie moderne"), Cambridge Scholars Publishing, 2018.

8. Résumée par Clément d’Alexandrie sous le titre ‘Harmony of the parts of the soul’ ("Harmonie des parties de l’âme"), Clément d’Alexandrie, Stromateis, 4.26 ; également, Harakas, « The Integrity of Creation », 76.

9. Harakas, « L’intégrité de la création : enjeux éthiques » dans La justice, la paix et l’intégrité de la création : le point de vue de l’orthodoxie ("The Integrity of Creation : Ethical Issues” in, Justice Peace and the Integrity of Creation : Insights from Orthodoxy") , publié par L. Gennadios, p. 70-82. Genève : COE, 1990 : 77.

10. Bonhoeffer, éthique. Ed. E. Bethge. Traduit par N, Horton Smith. London & NY : SCM Press, 1978 : 176.

11. Bartholomew, ("Gardien de l’Environnement" (« Caretaker of the Environment »), 30 juin 2004. http://www.ec-patr.org.

12. Bartholomew, Encountering the Mystery : Understanding Orthodox Christianity Today : His All Holiness Ecumenical Patriarch Bartholomew" ("à la découverte du mystère : comprendre le christianisme orthodoxe aujourd’hui : Sa Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée"). New York, Londres, Toronto, Sydney, Auckland : Doubleday. 2008 : 107 ; aussi, Chryssavgis, Dire la vérité, 297 ; Rencontré. John, « L’homme prêtre de la création ».

13. Bartholomew, " “Justice : Environmental and Human” composed as “Foreword” to proceedings of the fourth summer seminar at Halki in June (1997) (« Justice : Environmentale and Humaine »), composé comme « Avant-propos » des débats du quatrième séminaire d’été tenu à Halki en juin 1997 dans Chryssavgis, Parler de la vérité, 173 ; ainsi que “Environmental Rights” (« Droits de l’environnement ») dans Chryssavgis, Cosmic Grace, 260.

14. Bartholomew “The Orthodox Church and the Environment" (« L’Église orthodoxe et l’environnement ») dans Chryssavgis, Cosmic Grace, 2009 : 364

15. Métropolite. Kallistos (Ware) "Orthodox Christianity : Compassion for Animals’ (« Le christianisme orthodoxe : la compassion pour les animaux »), communication présentée à la conférence IOTA, Iasi, Roumanie, 2019. Voir également "The Routledge Handbook of Religion and Animal Ethics" ( "le manuel Routledge sur la religion et l’éthique animale"), publié par A. Linzey et C. Linzey, Routledge, 2018

16. Ibid.

17. Barthélemy, “Sacrifice : The Missing Dimension” (« Sacrifice : La dimension manquante ») dans Cosmic Grace, 2008 : 275.

18. Ibid.

19. Bartholomew, “Address before the Twelfth Ordinary General Assembly,” in Speaking the Truth (« Allocution avant la douzième Assemblée générale ordinaire », dans Parler de la vérité), 2011 : 283.

20. Keselopoulos, "Man and the Environment : A Study of St. Symeon the New Theologian" ("l’homme et l’environnement : une étude de saint Syméon, le nouveau théologien"), trad. E. Theokritoff. Crestwood, NY : SVSP, 2001 : 93.

21. Keselopoulos "The Prophetic Charisma in Pastoral Theology : Asceticism, Fasting and the Ecological Crisis” (« Le charisme prophétique dans la théologie pastorale : ascétisme, jeûne et crise écologique ») dans "Toward Ecology of Transfiguration : Orthodox Christian Perspectives on Environment, Nature and Creation" ("Vers l’écologie de la transfiguration : perspectives chrétiennes orthodoxes sur l’environnement, la nature et la création, eds. Chryssavgis J. et B. V. Foltz, NY : Fordham University Press, 2013 : 361.

22. Keselopoulos dans Chryssavgis & Foltz, p 361-2

23. Voir les derniers rapports du GIEC, de l’OMM et de la NASA et de la dernière édition de The Lancet.

24. Zizioulas, ‘Comments on Pope Francis’ Encyclical Laudato Si’’(« Commentaires sur l’encyclique Laudato Si du Pape François ». Disponible à : https://www.patriarchate.org/-/a-comment-on-pope-francis-encyclical-laudato-si-.

25. Métropolite Antoine (Bloom) Encounter, 135.

26. Métropolite Kallistos, Ch. 6 in, Nellist, C. "Eastern Orthodox Christianity and Animal Suffering : Ancient Voices in Modern Theology" ("Le christianisme orthodoxe oriental et la souffrance animale : Les voix anciennes dans la théologie moderne"). 2018.

27. Knight A, “Animal Agriculture and Climate Change” in, The Global Guide to Animal Protection (« Agriculture animale et changement climatique » dans le "Guide mondial de la protection des animaux"), éd. A. Linzey, p. 254-256. Urbana, Chicago and Springfield : University of Illinois Press (Presses de l’Université de l’Illinois), 2013 ; aussi dans Nellist op. cit., p. 250-1.

28. Broom et Fraser : Farm Animal Behaviour and Welfare (Comportement et bien-être des animaux de ferme) . (NY : CABI Publishing, 1997 ; Turner, Stop, Look, Listen : Recognising the Sentience of Farm Animals, (A Report for Compassion in World Farming. 2006 ; Duncan ‘Animal Welfare Issues in the Poultry Industry : Is There a Lesson to Be Learned’, Journal of Applied Animal Welfare Science, 2001 ; Webster, “Welfare Implications of Avian Osteoporosis.” Poultry Science 83 (2004), pp. 184-92 ; G. Stokka, J.Smith and J. Dunham, Lameness in Dairy Cattle, (Kansas State University Agricultural Experiment Station and Cooperative Extension Service, 1997). (Turner : Stop,écoutez, : reconnaître la sensibilité des animaux d’élevage, Un rapport intitulé Compassion in World Farming. 2006 ; Problèmes de bien-être animal de Duncan ’dans l’industrie de la volaille : faut-il un enseignement ’, Revue de la science appliquée sur le bien-être des animaux, 2001 ; Webster, « Répercussions sur le bien-être de l’ostéoporose aviaire », Poultry Science 83 (2004), p. (Station d’expérimentation agricole de la Kansas State University, 1997), disponible à l’adresse suivante : https://www.bookstore.ksre.k-state.edu/Item.aspx?catId=567&pubId=672 ; T. Vernelli, "The Dark Side of Dairy" ("La face sombre de l’industrie laitière") - Rapport sur l’industrie laitière britannique, 2005. Disponible sur : http://milkmyths.org.uk/pdfs/dairy_report.pdf ; Commission européenne, 1995, 2001, 2012 ; Aaltola, Animal Suffering : Philosophy and Culture (Basingstoke, Hampshire : Palgrave, 2012 : 34 à 45). Aaltola fournit de nombreux autres rapports et études scientifiques qui décrivent de nombreux exemples de Souffrance.

29. Duncan, 2001 : 216.

30. Duncan, 2001 : 211. Voir également Gregory et Wilkins, “Broken Bones in Domestic Fowl : Handling and Processing Damage in End-of-Lay Battery Hens.” ("« Des os brisés chez les oiseaux domestiques : manipulation et traitement des dommages chez les poules en fin de ponte. ») ; Weeks & Nicol, “Poultry Handling and Transport” (« Manipulation et transport de la volaille ») ; Webster, “Welfare Implications of Avian Osteoporosis.” (« Conséquences de l’ostéoporose aviaire sur le bien-être social »).

31. Grandin, T. ‘The welfare of pigs during transport and slaughter’ (« Le bien-être des porcs pendant le transport et l’abattage »), Pig News and Information, 24 : 3, 83-90. Ceux qui suivent le judaïsme et l’islam abattent encore des animaux selon la tradition biblique. Une enquête cachée récente a mis en lumière les actions inhumaines et les souffrances immenses des animaux : http://www.dailymail.co.uk/news/article-5456263/Men-chanted-tribal-style-dance-killed-sheep-spared-jail.html ; également, http://www.ciwf.org.uk/news/2013/05/illegal-slaughter-of-animals-in-cyprus/.

32. Lymbery, ‘In Too Deep : The Welfare of Intensively Farmed Fish’ ("Dans les profondeurs : le bien-être des poissons d’élevage intensif"), disponible à l’adresse suivante : http://www.eurocbc.org/fz_lymbery.pdf.

33. Saint Grégoire de Nysse, "On Love for the Poor" ("De l’amour pour les pauvres"), 57.

34. Saint Jean Chrysostome, "On Repentance and Almsgiving" ("Sur le repentir et l’aumône"), 10.5, 130.

35. Russell, The Lives of the Desert Fathers ("La vie des pères du désert"), Oxford. Mowbray & Kalamazoo, MI : Cistercian Publications, 1981 : 37.

36. « Message by H. A. H (His All Holiness). Ecumenical Patriarch Bartholomew upon the Day of Prayer for the Protection of Creation,” (de Sa Sainteté le Patriarche œcuménique Bartholomée à l’occasion du jour de prière pour la protection de la création », 1er septembre 2001, dans Chryssavgis, Cosmic Grace, p. 56.

37. Ibid.

38. The acceptance of stolen goods makes the point. ( Faire le point sur l’acceptation des biens volés ). ““Message by H. A. H. Ecumenical Patriarch Bartholomew upon the Day of Prayer for the Protection of Creation” ("Message de Sa Sainteté le Patriarche œcuménique Bartholomée à l’occasion du Jour de prière pour la protection de la création”), 1er septembre 2001, dans Chryssavgis, Cosmic Grace, p 57.

39. Limouris "Justice, Peace and the Integrity of Creation : Insights from Orthodoxy" ("Justice, paix et intégrité de la création : aperçus de l’orthodoxie"), 1990 : 24, no 30.

40. Ibid., 12, no 37.

41. Ibid., 12, no 38.

42. Abba Khalil, conversation privée, 15 avril 2018. Utilisé avec permission.

43. Barthélemy, “Sacrifice : The Missing Dimension", (« Sacrifice : La dimension manquante »), dans Cosmic Grace, p. 275.

Dr. Christina Nellist, est une chercheuse invitée (Visiting Fellow) et chercheuse à l’Université de Winchester, rédactrice en chef de Pan Orthodox Concern for Animals. ("Préoccupation orthodoxe universelle pour les animaux") Courriel : panorthodoxconcernforanimals chez gmail.com.