Le Pape François et les animaux-Pope Francis and animals

  • No se puede sentir compasión por los animales e indiferencia por el prójimo.

    http://es.catholic.net/op/articulos/62045/cat/626/no-se-puede-sentir-compasion-por-los-animales-e-indiferencia-por-el-projimo.html No se puede sentir compasión por los animales e indiferencia por el prójimo. El Santo Padre pide no confundir la piedad con el pietismo, que consiste solo en una (...)

  • Comment le pape a fait entrer les animaux au paradis... malgré lui

    « On ira tous au paradis, et même les chiens et même les requins... » chantait Michel Polnareff, qui n’aurait sans doute jamais parié sur un « placet » du pape. Et pourtant. Depuis quelques jours, les médias – italiens et américains notamment – s’émeuvent d’une phrase attribuée à François qui semblerait accréditer cette thèse. Le problème ? Il ne l’a tout simplement jamais prononcée... Analyse d’une rumeur (presque) devenue information...

  • Le pape François a-t-il vraiment ouvert la porte du Paradis aux animaux ? bonne fausse nouvelle

    Pour les chrétiens amis des animaux, les déclarations récentes prêtées au pape François étaient une excellente nouvelle : « Le Paradis est ouvert à toutes les créatures de Dieu », aurait affirmé le pape. Il aurait tenu ces propos le 26 novembre en marge de son allocution hebdomadaire à la place Saint Pierre, pour réconforter un enfant dont le chien venait de mourir.

  • Les animaux dans l’encyclique du pape François Laudato si’

    L’encyclique remet tout d’abord en cause une fausse interprétation de l’anthropocentrisme. Le pape parle carrément d’un « anthropocentrisme déviant » (n°69) qui est à l’origine de la maltraitance des animaux par l’homme. En citant des passages de la Loi de Moïse (Deutéronome 22, 4.6 et Exode 23,12 [1]), il n’hésite pas à condamner « un anthropocentrisme despotique » incompatible avec le message biblique...

  • Papes et animaux

    Au XVIè siècle, selon le vœu du Concile de Trente, le Pape Saint Pie V a tenté de faire définitivement disparaître les combats contre les animaux, en particulier des taureaux, qui s’étaient maintenus dans la Chrétienté, en Espagne surtout. Dans sa célèbre bulle De salute gregis (1567), il n’hésite pas à utiliser l’arme de l’excommunication...