Pas « l’un OU l’autre » mais « ET » par Estela Torres

, par Pierre

Lire la version en anglais sur le blog de CreatureKind

©Estela Torres

J’ai été élevée dans un environnement catholique conservateur à Monterrey, au Mexique.

J’ai ressenti un amour profond pour les animaux dès mon plus jeune âge et j’étais très sensible à leur souffrance. Ce sont peut-être les histoires de ma mère sur son chien d’enfance, Bobby, qui m’ont marquée. Ma mère décrivait Bobby comme un être intelligent et sensible. En fait, mon enfance a été remplie de rencontres avec des animaux singuliers, des individus. Ces rencontres étaient personnelles et étaient loin des images impersonnelles et inférieures des espèces animales que mon église me présentait.

Pendant toutes ces années, j’ai eu du mal à comprendre l’indifférence des gens envers les animaux. Les chiens errants, que je voyais presque tous les jours dans les rues de ma ville natale de Monterrey, n’étaient pas considérés comme des êtres ayant besoin d’aide et de compassion. Ils étaient ignorés comme s’ils étaient invisibles, comme si les humains n’avaient aucun devoir envers eux. J’ai aussi le triste souvenir d’une foire d’ une école catholique où il y avait un stand appelé Arche de Noé. On pouvait gagner des animaux vivants, notamment des poussins et des lapins. Je me souviens d’enfants qui jouaient avec les poussins comme avec des balles, les lançant en l’air et les laissant s’écraser au sol. Je souffrais en silence pour eux. Personne ne semblait s’en soucier. Aucun adulte n’était là pour leur dire d’arrêter ou pour leur apprendre la compassion envers les êtres vivants sensibles.

Au lycée, j’ai trouvé à la bibliothèque un livre sur les droits des animaux, et c’est là que tout a commencé pour moi. J’ai appris que certaines personnes se souciaient des animaux et s’en préoccupaient. Bientôt, tous mes écrits à l’école portaient sur ce sujet. À cette époque, j’avais une très bonne amie qui était un exemple de gentillesse pour moi. Elle était une catholique très fervente, comme toute sa famille. C’était comme un modèle, mais son cœur et sa compassion s’arrêtaient aux humains. Elle défendait même la tauromachie. Ce qui était très déroutant, c’est que ses arguments étaient religieux.

©Estela Torres

Mon amour pour les animaux avait aussi à voir avec Dieu. Je priais pour les animaux, croyant vraiment que Dieu se souciait d’eux. Néanmoins, j’ai commencé à douter de mes croyances parce que mon église ne mentionnait jamais les animaux. Les animaux étaient absents dans une vision du monde réservée aux humains. De plus, j’ai commencé à réaliser que mon église pensait que les animaux avaient été placés dans une catégorie inférieure, ce qui signifiait que nous devions même garder nos distances. Depuis lors, je porte en moi cette question sur les animaux et ma foi :

Comment ma religion, qui prêche la compassion et la bonté, ne peut-elle pas étendre cette compassion aux animaux ?

Lorsque j’ai déménagé à Lyon, en France, j’ai commencé à suivre des cours de théologie. Je n’ai pas reçu de réponse positive à ma question. Au contraire, il semblait "drôle" que quelqu’un s’intéresse aux animaux. Certains professeurs ou prêtres ont dit : "notre priorité, ce sont les êtres humains". Dans le cours de sotériologie, on m’a dit que le salut ne concernait que les êtres humains. Dans un cours sur la Genèse, le professeur a affirmé avec colère que Dieu n’avait pas fait d’alliance avec les animaux. J’ai essayé une fois de faire un exposé sur les animaux dans mon groupe de laïcs dominicains et là encore, les réactions ont été de résistance. Partout où j’essayais de parler du christianisme et des animaux, j’obtenais ce genre de réponse automatique : "Oui, mais l’homme est le seul être qui...." "Oui, mais l’homme est le seul être capable de...", et "Les animaux manquent ou ne sont pas capables de...".

J’ai compris qu’il y avait quelque chose de différent dans la façon dont les animaux étaient perçus, car aucun des arguments que l’on me donnait ne justifiait le traitement horrible que les humains infligent aux animaux. J’ai ressenti très fortement que, même si les animaux non humains étaient différents ou même s’ils étaient "inférieurs" ou "irrationnels" comme on me l’a dit, rien ne donnait aux humains le droit de les utiliser ou de les tuer. Ou, autre façon de dire ceci : mes amis chrétiens ne voyaient pas les animaux. Ils se contentaient de les penser. Leurs arguments servaient de voile pour ne pas regarder les animaux.

Une autre réponse courante, que je souhaitais explorer, était l’idée que je devais donner la priorité à la souffrance humaine sur la souffrance animale. J’ai entendu ce type de phrase à de nombreuses reprises alors que je défendais les animaux dans un contexte chrétien. Je n’en ai jamais compris la logique. Je répondais généralement : "Pourquoi pas les deux ?" Il me semblait que cette hypothèse - à savoir que nous devrions d’abord nous occuper de la misère humaine et ensuite penser aux animaux - était utilisée pour maintenir une hiérarchie entre les humains et les animaux, une compétition fabriquée. L’envie de placer les êtres humains comme les gagnants et au sommet n’avait aucun sens pour moi. Comme s’il fallait choisir, comme s’il n’y avait pas assez pour tout le monde. Comme si l’amour de Dieu n’était pas infini, comme si Dieu n’était pas capable de prendre soin de toute la création.

©Estela Torres

J’avais parfois l’impression que les catholiques étaient tellement préoccupés par le salut de l’homme et l’aspiration à la sainteté qu’ils oubliaient de s’interroger sur le sens réel de l’être créé à l’image de Dieu et sur l’image de Dieu qu’ils exprimaient. Pour moi, la sainteté et l’enfer ne vont pas ensemble. Nous ne pouvions pas être saints envers nous-mêmes et les autres humains tout en étant des diables envers les animaux, aspirer au paradis tout en créant un enfer dans cette vie pour les animaux et la terre qu’ils habitent.

En 2013, j’ai trouvé la traduction française de la Théologie animale d’Andrew Linzey. L’année suivante, j’ai participé à la session d’été de l’Oxford Center for Animal Ethics. Le sujet portait sur l’adéquation éthique des attitudes religieuses envers les animaux. Ce fut une expérience très enrichissante, de voir des personnes religieuses concernées et intéressées par les animaux. Je me suis sentie moins seule en rencontrant d’autres chrétiens qui réfléchissent attentivement aux animaux. À la même époque, j’ai été surpris et ravi de découvrir un site web français sur les animaux et le christianisme, la Fraternité pour Respect Le Animal (FRA). Aujourd’hui, je suis responsable de cette organisation en France.

Quatre ans plus tard, j’ai assisté à une conférence et entendu David Clough parler de CreatureKind et du cours de six semaines pour les églises. Le message de CreatureKind a eu une très forte résonance car il répondait à de nombreuses questions que je me posais. Mais c’est l’approche de CreatureKind qui a attiré mon attention et mon intérêt. La position inclusive de CreatureKind - inviter les chrétiens, là où ils se trouvent, à entamer des conversations sur les animaux et la foi chrétienne - m’a semblé être un excellent premier pas. J’ai pensé qu’un outil comme le cours de six semaines pourrait aider les défenseurs chrétiens des animaux en France. Nous sommes tellement minoritaires que cela pourrait être d’une aide précieuse. Aujourd’hui, je fais partie de la bourse CreatureKind et je vais bientôt présenter mon projet : une version française du cours CreatureKind !

Grâce au programme CreatureKind , j’apprends comment la justice pour les animaux fait partie d’un tableau plus large où convergent d’autres problèmes de justice sociale (racisme, spécisme, colonialisme, etc.). Cela m’a aidé à mieux comprendre mon pays, le Mexique, et sa position concernant le respect des animaux, le racisme, le classisme, la discrimination envers les peuples indigènes, etc.

Chaque pays a son propre contexte. En explorant avec CreatureKind comment ces questions apparaissent dans le contexte américain, je vois les similitudes et les différences concernant mon propre pays, le Mexique, ainsi que la France, où je vis aujourd’hui. Jusqu’à présent, mon principal combat a été de convaincre les autres d’inclure les animaux dans le cercle de la compassion chrétienne. Je suis convaincue que nous devons défendre à la fois les humains, les animaux et l’environnement.

Au début, lorsque j’ai commencé à explorer les intersections de ces questions de justice, je craignais que cette approche ne détourne l’attention des animaux. Je craignais que les animaux ne se perdent parmi toutes les autres causes. Mais il est important de se rappeler que l’objectif est la justice pour tous, et non la division ou la séparation. Je ne pense pas que l’antiracisme signifie être contre les blancs ou que le féminisme soit contre les hommes. De même, défendre les animaux ne signifie pas être anti-humain.

©Estela Torres

Réfléchir à l’antispécisme dans le cadre de la bourse CreatureKind m’a amené à explorer le concept de dualisme tel qu’il est expliqué par le frère franciscain Richard Rohr. Ces deux notions m’ont aidé à comprendre pourquoi certains humains s’inquiètent du fait qu’en aidant les animaux, ils s’éloignent des humains. C’est là que la compréhension de la pensée dualiste peut être utile. Rohr dit : "L’esprit dualiste est essentiellement une pensée binaire, soit/ou, où tout est séparé en opposés. Il connaît, par comparaison, opposition et différenciation. Il utilise des mots descriptifs comme bon/méchant, joli/laid, intelligent/stupide, sans se rendre compte que de nombreuses variations existent entre les deux extrémités de chaque spectre." Si nous ne sommes pas conscients de cette façon de voir le monde, nous ne percevrons pas l’interconnexion de tout ce qui existe. Dans une interview sur le racisme et la pensée non dualiste, Rohr explique comment l’église a négligé son travail central d’enseignement de la prière et de la contemplation. Cela a permis au langage de la religion institutionnelle elle-même de rester dualiste. Un système basé sur la dualité ne peut pas percevoir l’unicité, alors que la contemplation nous permet de voir la totalité des choses.

Comprendre le fonctionnement de la pensée dualiste m’a aidé à comprendre pourquoi les gens n’étaient pas très réceptifs à mes premières tentatives pour parler au nom des animaux. J’ai réalisé que cette rivalité entre humains et animaux pourrait peut-être être résolue en comprenant le dualisme. Pour mettre fin à cette lutte acharnée, nous devons nous arrêter et nous demander si nous ne voyons pas et ne réagissons pas à certaines situations et idées de manière dualiste. L’exploration de la pensée dualiste m’a aidé à comprendre ces types de réponses automatiques toutes faites ou de clichés que j’ai entendus si souvent pendant tant d’années. La seule façon de réagir est d’adopter une approche non dualiste, de montrer que les humains, les animaux et l’environnement naturel sont liés et que nuire à l’un de ces trois groupes revient à nuire à tous.

Aujourd’hui, je mets en pratique l’approche de CreatureKind, qui consiste à rencontrer les gens là où ils sont pour entamer la conversation. Je vois cela comme une attitude ouverte et accueillante, une forme d’invitation sans obligation ni jugement qui rend les gens plus disposés à écouter et moins susceptibles d’adopter un état d’esprit défensif. Pendant un certain temps, au début de mon travail de plaidoyer, l’une de mes priorités était de plaider pour que les gens cessent de manger des animaux. Pour moi, cela faisait partie d’une recherche de cohérence. Aujourd’hui, je pense que l’on perd des occasions de rencontrer des gens quand on commence avec cette approche. Avant de parler de manger ou non des animaux, nous devons réfléchir à la relation entre notre foi chrétienne et le souci des animaux. Chaque chrétien et chaque communauté chrétienne doit discerner par lui-même si sa foi a quelque chose à voir avec le bien-être des animaux. Pour certains défenseurs des droits des animaux, cela peut ressembler à une trahison. Je me sens plus à l’aise d’avoir une position ouverte vis-à-vis des chrétiens plutôt que de partir d’une perspective purement végane.

©Estela Torres

Malgré certains éléments nouveaux sur le statut des animaux, comme la valeur intrinsèque des créatures présentée dans l’encyclique du pape François, il est possible de conclure que la situation n’a pas changé. La religion catholique dans sa branche traditionnelle reste anthropocentrique. Si Dieu est la fin de l’univers, l’homme est une fin intermédiaire et se trouve au centre. Malgré cette porte apparemment fermée, il existe un espoir avec des fenêtres ouvertes. À l’intérieur de la foi catholique, d’autres traditions, comme les enseignements de Saint François d’Assise, incluent les animaux et toute la création dans une seule et même communauté. Nous avons l’exemple de saints qui avaient des relations spéciales et étroites avec les animaux. Aujourd’hui, des théologiens catholiques travaillent également sur ces questions, ce qui montre qu’il est possible de poursuivre un courant positif, parmi l’océan anthropocentrique, pour aider à changer la façon dont l’Église catholique voit les animaux.

Estela Torres est une artiste indépendante, née au Mexique, vivant en France, qui a cofondé la FRA (Organisation chrétienne pour le respect des animaux). Elle a étudié l’art à l’Université de Monterrey et à la Glassell School of Art (Houston, TX). Ella a obtenu le DU Animaux et société à l’Université de Rennes 2. L’œuvre d’Estela place la préoccupation pour les animaux au cœur de la spiritualité et de la culture chrétiennes. Son projet CreatureKind consistera à présenter (et traduire) le cours CreatureKind de six semaines aux églises chrétiennes en France.