Manger moins de viande est la meilleure chose que vous puissiez faire pour sauver la planète en 2019

, par Estela Torres

//www.curioctopus.fr/read/19641/manger-moins-de-viande-est-la-meilleure-chose-que-vous-puissiez-faire-pour-sauver-la-planete-en-2019?fbclid=IwAR0vEPoCjrVxarYrsNIbEt8tkAKW7NSLdJoqFWjIr4BlQ25lqHYLrlGCV6s

Manger moins de viande est la meilleure chose que vous puissiez faire pour sauver la planète en 2019

L’année que nous avons laissée derrière nous a été une année au cours de laquelle la population mondiale s’est habituée aux changements climatiques, réalisant combien la vie sur la planète est appelée à changer. Cette question a également été prise plus au sérieux par les gouvernements qui, malgré tout, ont montré qu’ils ne sont pas capables de mettre de côté leurs intérêts nationaux pour adopter une politique environnementale globale.

Que devons-nous donc faire, étant donné que les urgences climatiques restent les mêmes pour 2019 ? N’oublions pas, d’ailleurs, que nous nous rapprochons de plus en plus de ce qui a été présenté comme un véritable ultimatum à la Terre - 2030, date à laquelle le réchauffement climatique doit être contenu sous la barre des 2°C.

Au cours de l’année écoulée, les scientifiques ont réitéré à plusieurs reprises ce qui prend la forme d’un choix unique : réduire drastiquement la consommation de viande afin de sauver la planète.

Beaucoup seront surpris de lire que le sort de la planète est lié à ce qui est sur la table et à ce qui ne l’est pas : pourtant, de nombreuses recherches mettent en lumière l’impact incroyable de l’élevage sur la Terre. Les émissions de méthane des vaches, associées à l’utilisation d’engrais, produisent des émissions gazeuses que même les voitures, les camions et les avions du monde entier ne peuvent atteindre.

©Philip McCulloch-Downs

La déforestation pour faire place à l’élevage de plus en plus intensif et extensif affecte également l’écosystème, en décimant les animaux et en modifiant profondément les habitats des animaux survivants : la destruction des milieux naturels a fait que les animaux d’élevage et les humains représentent désormais 96% des mammifères de la planète.

Les pratiques agricoles traditionnelles menacent l’extinction massive d’autres animaux, ainsi qu’une pollution importante des sols, des rivières, des ruisseaux et des océans.

Selon les scientifiques, des réductions drastiques de la consommation de viande sont nécessaires pour éviter un changement climatique dangereux : la réduction représente 90% de la consommation actuelle des pays occidentaux. Ils recommandent le "flexitarisme" comme alternative à devenir végétalien ou végétarien : un régime dans lequel les protéines végétales sont préférées, modérant l’apport de ces animaux.
©Paula Meninato
La solution consistant à manger moins de viande pour éviter de graves conséquences pour la planète est réelle, à tel point que l’on a déjà réfléchi à la manière d’atteindre cet objectif : ceux qui préconisent une taxe sur la viande rouge, un régime aux algues pour réduire les émissions de CO2 des vaches, ceux qui disent être prêts à manger des insectes. Une viande cultivée en laboratoire, similaire à tous égards à celle de l’animal, a également été testée.

Quel que soit le chemin parcouru, 2019 est l’année où chacun d’entre nous est amené à faire un choix qui, aussi personnel soit-il, est une chance de sauver la planète d’un naufrage qui semble inévitable.

Source :

https://www.theguardian.com/environment/2018/dec/21/lifestyle-change-eat-less-meat-climate-change
https://www.nature.com/articles/s41586-018-0594-0.epdf